amont


amont

amont [ amɔ̃ ] n. m.
XVIIe; adv. « vers le haut » 1080; pour à mont « vers la montagne »
1Partie d'un cours d'eau comprise entre un point considéré et la source. En allant vers l'amont. Le pays d'amont. D'amont en aval.
Ski Côté de la montagne, au-dessus du skieur. Adj. inv. Qui est situé plus haut (que l'autre ski). Le ski amont.
Loc. prép. En amont de : au-dessus de (tel point d'un cours d'eau). Paris est en amont de Rouen.
Par ext. Vent d'amont : sur certaines côtes, vent venant de l'intérieur des terres.
2Fig. Ce qui vient avant le point considéré, dans un processus technique ou économique. Les industries en amont fournissent les matières premières, les produits semi-finis, les biens d'équipement aux industries en aval. Les produits d'amont.
⊗ CONTR. 1. Aval.

amont nom masculin Par rapport à un point considéré, partie d'un cours d'eau comprise entre ce point et la source. ● amont (difficultés) nom masculin Sens Ne pas confondre ces deux mots de sens opposés. 1. Amont = partie d'un cours d'eau comprise entre un point donné et la source. En amont = avant, dans un processus. 2. Aval = partie d'un cours d'eau comprise entre un point donné et l'embouchure. En aval = après, dans un processus. Remarque Étymologiquement, amont signifie « vers la montagne » et aval, « vers la vallée ». ● amont (expressions) nom masculin D'amont, du point le plus haut d'un cours d'eau ; se dit d'une industrie, d'une usine qui fournit des produits destinés à une activité située après elle dans le processus de production. En amont d'une rivière, d'un fleuve, plus près de la source, par rapport à un point considéré : Troyes est en amont de Paris sur la Seine. En amont de quelque chose, plus près de son origine. Vent d'amont, nom donné, sur certaines côtes, au vent venant de l'intérieur des terres. ● amont (synonymes) nom masculin Par rapport à un point considéré, partie d'un cours d'eau...
Contraires :
amont adjectif invariable Se dit du ski, ou du skieur lui-même, qui est du côté de la montagne.

amont
n. m. Partie d'un cours d'eau comprise entre un point donné et sa source. Ant. aval.
|| Loc. Prép. En amont de: du côté où se trouve la source (par rapport à un point donné).
|| Partie d'un processus technique ou économique qui en précède une autre. Occupez-vous des recherches en amont, je me charge de l'édition en aval.

⇒AMONT, subst. masc.
I.— Substantif
A.— [En parlant d'un point déterminé d'un cours d'eau] Partie comprise entre ce point et la source; direction d'où vient le courant. Anton. aval :
1. Il suivit, le long du large fleuve plat et débordant un chemin étroit et gluant d'argile, vers l'amont. Il ne trouva rien. Les traces de pas ne manquaient pas, mais il n'en tira nul indice précis. Il redescendit vers l'aval.
M. VAN DER MEERSCH, L'Empreinte du dieu, 1936, p. 72.
D'amont. Du côté d'où vient le courant :
2. — Non, non, je ne suis pas tranquille. Comme la nuit allait venir, le bassin se trouva propre et Larseneur ouvrit de nouveau la vanne d'amont.
G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Le Désert de Bièvres, 1937, p. 163.
B.— P. ext., MAR. L'amont du vent. Direction du vent soufflant de l'intérieur des terres vers la mer. Vent d'amont. Vent qui souffle de l'intérieur des terres (,,Sur les côtes N. et O. de la France (...), vents d'E. et de N. E. opposés aux vents d'aval qui viennent de l'O. et du S. O.`` [GRUSS 1952]).
D'où : l'amont. L'est :
3. Dans la nuit et la matinée même temps. Il est rare de voir ainsi le vent passer à l'amont par le sud.
P. GAIMARD, Voyage en Islande et au Groënland à la recherche de « La Lilloise », rédigé par L. Méquet, t. 2, 1852, p. 170.
ÉLECTRIC. Qui se trouve du côté de la source. Bornes d'amont. ,,Bornes d'un appareil qui se trouvent du côté de la source.`` (SIZ. 1968).
4. La moitié du gîte située au-dessus de la ligne de direction se nomme l'amont-pendage...
J.-N. HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Cours d'exploitation des mines, t. 1, 1905, p. 6.
TECHNOL. Direction d'où vient un déplacement :
5. Le fonctionnement d'un plan incliné automoteur comprend trois catégories de manœuvres, à la recette supérieure ou d'amont, à celle d'aval ou d'à-bas, et aux accrochages intermédiaires, si le plan est destiné à desservir plusieurs costresses.
J.-N. HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Cours d'exploitation des mines, t. 2, 1905, pp. 893-894.
C.— Par métaph. :
6. ... mais moi seul suis pour moi centre d'existence à partir duquel irradient mon aval et mon amont.
P. RICŒUR, Philosophie de la volonté, 1949, p. 413.
II.— (Loc.) adv. et prép.
A.— En amont, loc. adv.; en amont de, loc. prép.
1. Dans la direction d'où vient le courant d'un cours d'eau :
7. Il parle des enfants, de Maria et de l'eau du canal qui a baissé; car en amont, au bief, la rivière est tombée très bas au-dessous de l'étiage.
H. BOSCO, Le Mas Théotime, 1945, p. 319.
2. P. ext. :
8. Les filaires adultes vivent dans le système lymphatique de l'Homme, en amont des ganglions qu'elles habitent...
E. BRUMPT, Précis de parasitologie, 1910, p. 435.
3. Par métaph. :
9. Si je lui disais qu'il compromet l'église en se donnant des titres qu'il n'a pas? Si je lui disais cela, c'est moi qui aurait le bon sens. Je suis en amont de Maurras.
M. BARRÈS, Mes cahiers, t. 6, 1907-1908, p. 136.
B.— Vx ou région. (ouest de la France et Canada). Adv. et prép. Amont
1. Équivalent de la loc. adv. en amont :
10. Le guide me retenait toujours, car je me sentais pour ainsi dire entraîné par le fleuve, et j'avais une envie involontaire de m'y jeter. Tantôt je portais mes regards amont, sur le rivage; tantôt aval, sur l'île qui partageait les eaux...
F.-R. DE CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 1, 1848, p. 304.
Néol. Skieur amont. ,,Skieur dont la position est dominante (par rapport au skieur aval).`` (P. GILBERT, Dict. des mots nouveaux, Paris, Hachette, Tchou, 1971).
2. [Équivalent de en haut, en haut de]
Prép. Amont la côte, grimper amont un arbre.
Rem. Canada 1930 qui donne ces emplois signale également que amont est équivalent de a) contre, après (s'accoter amont le mur, cet enfant est toujours amont sa mère), b) parmi (amont l'avoine, amont les animaux), et c) avec (se marier amont la fille du voisin). Il semble que l'emploi b soit le résultat d'une contamination, par attraction paronymique, avec anmi « parmi »; de là « avec » de l'emploi c.
Adv. fauconn. Tenir amont. Terme de fauconn. signifiant, en parlant du faucon, se tenir immobile dans les airs.
Rem. BAUDR. Chasses 1834 qui donne cette expr. signale aussi : mettre l'oiseau à amont « le lancer dans les airs ».
DÉR. Amontal, ale, aux, adj., mar. Qui vient de l'est; vent amontal, brise amontale (attesté ds la plupart des dict. du XIXe s. et ds QUILLET 1965).
Prononc. ET ORTH. :[]. Ac. Compl. 1842, s.v. amont (,,V. lang.``) précise : ,,on écrivait aussi À mont en deux mots`` (cf. aussi BESCH. 1845 et Lar. 19e).
Étymol. ET HIST. — 1. a) Ca 1100 amunt adv. « par en haut » (Rol., 2235 ds GDF. : Guardet aval e si guardet amunt); b) 1160 d'amunt « d'en haut » (BEN., D. de Norm., II, 6913, Michel, ibid. : La est le iglise saint Michel Qui archangele est d'amunt del ciel E dreit provost de paradis). — 1771, Trév.; qualifié de vieux par Ac. Compl. 1842 et BESCH. 1845; 2. a) 1160-1174 « vers la partie supérieure (en parlant d'un cours d'eau) » (Rou, II, 422, éd. Andresen ds T.-L. : amunt Seigne naga); b) 1379 mar. [à l'orig. en parlant de côtes exposées à l'ouest] d'amont « qui vient de l'est » (Le Bon berger, 66, réimpr. p. Lacroix, ibid. : vent d'amont); c) 1690 fauconn. (FUR. : On dit en Fauconnerie, Tenir amont, quand l'oiseau se soûtient en l'air, en attendant qu'il découvre quelque gibier).
Composé de la prép. à et de mont.
Amontal, 1838 (Ac. Compl. 1842).
STAT. — Fréq. abs. litt. :135.
BBG. — BARBER. 1969. — BAUDR. Chasses 1834. — BAUDR. Pêches 1827. — BAULIG 1956. — BOUILLET 1859. — Canada 1930. — DAINV. 1964. — DUPIN-LAB. 1846. — GAUTRAT Ski 1969. — GOUG. Mots t. 1 1962, pp. 59-60. — GRUSS 1952. — JAL 1848. — JOSSIER 1881 — LE CLÈRE 1960. — POLLET 1970. — POPE 1961 [1952], § 606. — PRÉV. 1755. — PRIVAT-FOC. 1870. — REMIG. 1963 (s.v. amons). — SIZ. 1968. — SOÉ-DUP. 1906. — WILL. 1831.

amont [amɔ̃] n. m.
ÉTYM. XVIIe; amunt, adv., « vers le haut », 1080; pour à mont « vers la montagne ».
1 Partie d'un cours d'eau comprise entre un point considéré et la source. || En allant vers l'amont. || Le pays d'amont. || D'amont en aval.
Ski. Partie plus élevée, sur une pente.Adj. invar. Qui est situé plus haut (que l'autre ski, qu'une autre partie du ski), par rapport à la pente. || Dans la trace directe en traversée « les pentes rudes se montent latéralement, en escalier, en faisant sur le côté un pas avec le ski amont, puis en rapprochant de lui le ski aval (…) » (J. Dauven, Technique du sport, p. 117, no 63, 1948).
Loc. adv. En amont. || Les prés en amont. — ☑ Loc. prép. En amont de… : au-dessus de (tel point d'un cours d'eau). || En amont du pont, de la ville. || Telle ville est en amont de telle autre.
0 L'Onham, en amont des rapides, étend une grande nappe paisible (…) Décidément, il est aussi large que la Seine (…) au moins.
Gide, Voyage au Congo, in Souvenirs, Pl., p. 806.
Par ext. || Vent d'amont : vent venant de l'intérieur des terres, sur certaines côtes.
2 Fig. Ce qui vient avant le point considéré, dans un processus technique ou économique. || Les produits d'amont.
3 Vx ou régional. Adv. et prép. En amont (de). || « Je portais mes regards amont, sur le rivage… » (Chateaubriand).
CONTR. Aval.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • amont — amont …   Dictionnaire des rimes

  • amont — AMONT. adv. Terme usité parmi les Mariniers, pour signifier, Le côté d où vient la rivière, et qui n est d usage qu avec la particule De. Le Pays d amont. Ces bateaux, ces marchandises viennent d amont, du Pays d amont. Le vent est d amont, vient …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • amont — Amont. Terme dont on se sert pour signifier le costé d où vient la riviere. Le pays d amont. ces batteaux, ces marchandises viennent d amont, du pays d amont. le vent est d amont, vient d amont. On appelle aussi, Vent d amont, Le vent de Levant …   Dictionnaire de l'Académie française

  • amont — Amont, adverb. local. acut. Composé de A preposition, et Mont, comme si l on disoit, Ad montem, Il est Amont, Superius supra, Maniere de parler plus frequente au Languedoc qu au François, si n est entre fauconniers. Car le François dit usitément …   Thresor de la langue françoyse

  • amont — nm., haut : ameu (Arvillard.228, Doucy Bauges.114, Montagny Bozel.026), ameû (Montendry.219), AMO (Albanais.001, Cordon.083, Thônes.004, Villards Thônes.028), amou (Chaucisse, Praz Arly.). A1) amont // haut // partie haute // partie supérieure… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • amont — (a mon) s. m. 1°   Le haut d où descend un fleuve, une rivière, par opposition au bas qui est dit aval. Pays d amont, pays en amont, le pays situé dans le haut du fleuve, de la rivière.    En amont de, au dessus de. En amont de la ville.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • AMONT — adv. Terme usité parmi les gens de rivière, pour signifier, Le côté d où vient la rivière. Il est l opposé d Aval, et s emploie surtout avec la préposition De. Le pays d amont. Ces bateaux, ces marchandises viennent d amont, du pays d amont. Le… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • AMONT — n. m. Côté d’où vient un cours d’eau, La partie supérieure opposée à la partie inférieure qu’on appelle AVAL. Il s’emploie surtout comme complément avec les prépositions de et en. Le pays d’amont. Ces bateaux, ces marchandises viennent d’amont,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Amont — Cours d eau Pour les articles homonymes, voir Cours. On désigne par cours d eau tout chenal superficiel ou souterrain dans lequel s écoule un flux d eau continu ou temporaire. Généralement, ce terme s applique aux chenaux naturels. On emploie… …   Wikipédia en Français

  • Amont — adv le haut; le côté d une terre vers le Nord ou l Est …   Glossaire des noms topographiques en France